Renard    
  photographie argentique,
tirage numérique sur papier 150g
2m75/3m40
février 2011
   
   

 

       
     
Cette image questionne la relation que nous avons aux animaux notamment dans des structures comme les musées d’histoire naturelle. Nous avons une curieuse façon de prendre des choses de la nature que nous ne pouvons obenir, nous les figeons. L’animal pour son exposition et sa préservation peut être naturalisé.
Ici, je replace les animaux figés dans leur milieu naturel, ce lieu est l’ancienne tanière d’un couple de renards. On ne sait plus très bien si les renards sont faux ou si simplement la photo les a figés. L’attitude des renards permet de voir dans un deuxième temps, que c’est une mise en scène. Le spectateur est face à cette artificialité importante de la naturalisation et du geste de réimplantation.